Travailler avec les enfants | Ecole Forma Study
Recherche d'Ecoles
 
 



Choisir sa formation
 
Passer un concours
 
Trouver une formation
 
Accueil > Fiche des métiers > Travailler avec les enfants

Travailler avec les enfants

 

Travailler avec les enfants

 

puecultriceEn résumé : Travailler avec les enfants... Découvrez l´ensemble des possibilités et comment y parvenir.

Beaucoup de jeunes envisagent d´exercer un métier en rapport avec les enfants.
Santé, éducation, social, loisirs... Quel secteur choisir ?

Chacun fait appel à des compétences spécifiques pour remplir diverses missions. C´est à vous de déterminer celui qui vous convient le mieux selon vos aspirations, vos aptitudes et vos qualités.

Accompagner des enfants de la naissance à l´adolescence nécessite beaucoup d´énergie, une vigilance permanente, le sens des responsabilités, de se sentir à l´aise avec eux, de s´intéresser à eux, de les aimer, de savoir communiquer et travailler en équipe car vous êtes fréquemment amené à collaborer.

La petite enfance ou le temps de l´éveil
Certains préfèrent se consacrer aux tout-petits et les aider à "grandir" jusqu´à six ans où ils franchiront alors les portes de la "grande école".

Les parents qui travaillent doivent très tôt se soucier d´un mode de garde pour leurs bambins. Assistantes maternelles à leur domicile, puéricultrices et auxiliaires de puériculture à la crèche, au jardin d´enfants... se chargeront de l´accueil, de l´hygiène, des soins, de l´éducation de nos chers petits. Vers trois ans, à la maternelle, les premiers enseignants, les A.T.S.E.M. (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) prendront le relais.

Par le jeu, des activités d´éveil... ils leur font acquérir certaines connaissances, leur donnent quelques repères, les aident à s´épanouir, à vivre en collectivité, facilitant ainsi leur entrée à l´école élémentaire. Dans certaines structures, on note la présence d´un éducateur de jeunes enfants pour aider au développement de la personnalité des petits.

Patience, disponibilité, créativité, énergie... se rangent parmi les principales qualités des pros de la petite enfance. Ils doivent savoir se mettre à la portée des petits, partager leurs moments de joie... sans jamais se substituer aux parents. Des professions très féminisées, certes, avec pour chacune d´elles une formation particulière.

Le monde scolaire
L´école est obligatoire de 6 à 16 ans. Donc, si vous désirez transmettre des connaissances aux élèves du primaire, aux collégiens, aux lycéens, leur inculquer des méthodes de travail, participer à leur éducation pour les préparer (tout comme leurs parents sont censés le faire) à la vie en groupe, puis en société, tournez-vous vers l´enseignement.

Les perspectives d´emploi devraient être plus favorables pour palier les nombreux départs jusqu´en 2008. Pensez aussi que dans un établissement scolaire évolue toute une équipe éducative, chaque membre étant investi d´une mission auprès de jeunes : documentaliste de C.D.I., conseiller d´orientation psychologue... Attendez-vous à de longues études, un haut niveau de formation est indispensable : jusqu´à bac + 5.

Puéricultrice
Le saviez-vous ? On rencontre quelques puériculteurs dans cette profession exercée par une vaste majorité de femmes.

La moitié des puéricultrices travaille en milieu hospitalier (dans les services de maternité, de pédiatrie, de néonatalogie), un tiers d´entre elles exerce dans les centres de protection maternelle et infantile (P.M.I.), les autres ont investi les structures d´accueil de la petite enfance (crèches, halte-garderies)...

En maternité, elle collabore avec la sage-femme : premier examen, premiers soins, donne des conseils aux parents quant à l´hygiène, l´allaitement, le développement physique et affectif du nourrisson. Si besoin, elle a recours au pédiatre. Dans un service de pédiatrie, elle assure à la fois les soins infirmiers aux enfants malades et l´aspect relationnel avec les familles. En P.M.I., elle assume des fonctions de prévention (dépistage), d´information, d´aide et de protection. Elle organise des consultations, rend visite à des enfants signalés par l´hôpital, le service de l´aide sociale à l´enfance, participe aussi à la formation des assistantes maternelles. Elle peut aussi diriger une crèche, une halte-garderie où elle remplit des fonctions d´animatrice, de coordonnatrice, de gestionnaire, d´encadrement auprès des auxiliaires de puériculture, des éducateurs de jeunes enfants, d´assistantes maternelles. Elle monte un projet éducatif, essaie d´y associer les parents.

Infirmière spécialisée, elle sait les gestes à effectuer en cas d´urgence. Toutefois, cinq ans d´expérience sont requis pour accéder à un poste de directrice dans une structure d´accueil. Patience, disponibilité, dynamisme, vigilance, sens des responsabilités, telles sont les qualités dont doit faire preuve la puéricultrice.

Formation
Le diplôme d´État de puéricultrice se prépare en un an, dans des écoles agréées par le secrétariat d´État à la Santé ; admission sur concours d´entrée. Mais, auparavant, il faut être titulaire du D.E. d´infirmier ou du D.E. de sage-femme. Le concours se déroule généralement en mai et il est conseillé de contacter les écoles dès janvier pour connaître le programme de révision, les dates de retrait des dossiers. Et après : la puéricultrice peut, l´expérience aidant, préparer un diplôme de cadre de santé pour assurer la surveillance d´un service de pédiatrie (surveillante-chef) ou bien pour enseigner dans une école paramédicale.

travail_enfantAuxiliaire de puériculture
Elle évolue dans différentes implantations : hôpitaux, maternité, structures de garde (crèches, pouponnières, haltes-garderies...), centres de P.M.I. où elle s´occupe de tout-petits.

Bien-être des nouveau-nés, alimentation, hygiène constituent ses principaux pôles d´activités dans les maternités où elle glisse aussi des conseils rassurants aux jeunes mamans. Si elle remarque une anomalie dans le comportement d´un bébé, elle en réfère au pédiatre. Elle est toujours sous la responsabilité d´un supérieur (pédiatre, puéricultrice...) et exerce au sein d´une équipe.

Les horaires sont plus contraignants en services hospitaliers (travail de nuit et certains dimanches et jours fériés). En crèche, elle habille les bébés, les change, leur donne le biberon, aide les plus grands à manger, les console d´un gros chagrin.

Côté éducatif, elle leur apprend à marcher, à être propres, participe à des jeux bien sûr et à des activités d´éveil. Elle suit l´évolution de chaque enfant de son groupe. En P.M.I., son travail est à la fois médical et social : elle accueille et met les familles en confiance, conseille les mères, pèse et mesure les enfants, assiste à la consultation, met les dossiers à jour. Ce métier absorbant nécessite une vigilance constante, le sens des responsabilités et de l´initiative. Il attire beaucoup de candidates... pour des postes en nombre limité. Néanmoins, avec les changements survenus dans la formation (six mois communs au départ avec les aides-soignants), le milieu hospitalier (enfants malades), la néonatalogie s´ouvrent plus à elles.

Formation
Le diplôme professionnel d´auxiliaire de puériculture se prépare en un an dans des écoles spécialisées agréées. Admission sur concours pour des candidates âgées de 17 ans au moins, titulaires du C.A.P. petite enfance, du brevet, du B.E.P. carrières sanitaires et sociales, du B.E.P.A. services (spécialité services aux personnes). Passez plusieurs concours pour augmenter vos chances de réussite ; Certaines écoles se regroupent pour les épreuves de sélection. Renseignez-vous dès février auprès des écoles, inscriptions en mars pour un concours prévu en juin. Les frais de scolarité varient d´une école à l´autre. Des bourses d´État peuvent être accordées par le ministère de l´Emploi et de la Solidarité (s´informer auprès de l´école). Soulignons que pour tout emploi dans un établissement public, le recrutement s´effectue sur concours. Il est possible de devenir aide-soignante en suivant le complément de formation permettant d´accéder à ce diplôme. À savoir : après trois ans d´activité professionnelle, possibilité de passe le concours d´entrée aux Instituts de formation de soins infirmiers (I.F.S.I.) en vue de la préparation au diplôme d´infirmier


Tags de l´article :

Bien choisir sa fac, bien choisir sa formation, bien choisir son IUT, formation iup, bien choisir sa prepa, trouver formation apres bac, trouver formation en continue, trouver formation apprentis alternance, trouver ecoles apres bac, cursus apres bac, bien choisir son BTS, passer concours ecoles superieures, passer concours ecole de commerces, passer concours grandes écoles, passer concours ecoles ingénieurs, liste des écoles de commerce, liste des grandes écoles, liste des écoles d´ingénieurs, IDE, IBODE, AMP, aide soignant, cadre de santé, puericultrice, educateur, kinesitherapeute, psycologue, auxiliaire de vie



Espace publicitaire
 





Warning: Unknown: 7 result set(s) not freed. Use mysql_free_result to free result sets which were requested using mysql_query() in Unknown on line 0